Santé : C'est médicalement officiel: les douleurs menstruelles sont comparables à celles ressenties lors d'une attaque cardiaque
Qu'en pensez-vous? Laissez votre commentaire ici.  

C'est médicalement officiel: les douleurs menstruelles sont comparables à celles ressenties lors d'une attaque cardiaque

Oui! Ça fait vraiment mal!

Publié le par Je Suis Elle dans Santé
Partager sur Facebook
272 272 Partages

La plupart des femmes savent combien les crampes menstruelles peuvent être douloureuses. Elles donnent l’impression de se faire frapper le ventre par l’intérieur à plusieurs reprises.  Mais allez expliquer cela aux personnes qui n’en subissent pas. (Donc au moins, à la moitié de la population: les hommes!)

Par peur de se faire traiter de douillette ou de se faire accuser de dramatiser, les femmes qui en souffrent choisissent de se taire au sujet de la douleur qu’elles endurent chaque mois, pendant des années…

Fotolia

Mesdames, ne soyez plus gênées de dire que ça fait mal!

Le docteur John Guillebaud, professeur de santé reproductive à l'University College de Londres, a déclaré que les douleurs menstruelles (dont le nom scientifique est dysménorrhée) sont presque aussi intenses que celles causées par une crise cardiaque.

Fotolia

Même s’il est dommage qu’un homme compare cette douloureuse période à une expérience de possible mort imminente, avouons qu’il était temps que quelqu’un dépasse le fameux « Prenez un Advil et ça va passer ».

Cela fait tellement longtemps que la médecine ne prend pas tellement au sérieux la douleur au féminin! Des recherches ont démontré que les médecins prennent généralement moins au sérieux la douleur des femmes que celle des hommes. 

Après tout, le mot hystérique provient de hystericus, qui signifie « de l’utérus »…

Maintenant que nous savons que la douleur menstruelle n’est pas un caprice ou une illusion, combien de temps faudra-t-il pour que ces messieurs cessent de dire aux femmes qui sont en colère « Es-tu dans « ta  semaine »? »?

Il ne nous viendrait jamais à l'idée de juger une personne victime d'un infarctus. Ne jugeons donc aucune douleur d'autrui; nous ne sommes pas dans leur corps!

Partager sur Facebook
272 272 Partages

Source: Marie Claire
Crédit Photo: Fotolia